Après le confinement avec Chloé (2)

Voici la suite de la conversation avec Chloé : elle nous parle de la façon dont elle vit la liberté retrouvée avec le déconfinement. Nous attendions tous ce moment avec impatience. Mais dans le fond, ce n’est pas si simple que ça ! Ces quelques semaines confinées ont laissé des traces. Et comme le virus est toujours là, il n’est pas encore question de définitivement tourner la page.

Chloé Le déconfinement 2- France Bienvenue

Transcription
C : Chloé / A : Anne

A : Bon, et alors, justement, côté (1) déconfinement, comment… comment vous vivez la chose ? Vous êtes contente ?
: Bah quand c’était le confinement, assez dur, parce que en fait, on a pris l’habitude de rester renfermé, l’habitude de rester à la maison et tout. Moi quand j’ai dû ressortir, ça m’a fait très bizarre. J’avais l’impression que dès que j’allais dans un endroit, j’avais pas le droit en fait. Je partais, je faisais encore les attestations (2), enfin…
A : Oui, c’est ça.
C : Du coup, revoir nos amis, revoir notre famille, bon, petit à petit (3), mais je me disais : mais ça fait bizarre (4), quoi !
A : Oui. Et alors je me souviens que au tout début, vous m’aviez dit que vous veniez d’avoir le permis, la voiture. Alors ?
C : Bah du coup, pendant le confinement, je me suis un petit peu entraînée pas très loin de chez moi. Enfin… j’allais seule faire quelques tours dans un parking ou quoi (5). Et là, depuis le déconfinement, je sors beaucoup quand même, hein. Et là, je vois que ça me change la vie. Et en plus, là, bon bah là, on n’a plus de cours, on n’a plus de partiels (6) ni rien, donc du coup…
A : Oui, c’est la liberté.
C : J’en profite beaucoup plus que pendant le confinement, parce que sinon, je pouvais pas… enfin, un kilomètre (7), je pouvais rien faire, quoi.
A : Bah oui, oui, oui. C’est sûr. Et est-ce que vous appréhendez (8) au niveau santé, par exemple, parce que vous dites, bon, on se pose toujours la question de savoir si on a le droit, si on n’a pas le droit. Mais il y a aussi des gens qui ont… enfin, on se dit : Mais est-ce que je risque quelque chose (9) ou… au niveau santé.
C : Bah en fait, moi je suis asthmatique, donc du coup, déjà (10), j’ai un peu peur pour moi. Et j’ai mon grand-père qui est malade et qui fait de la radiothérapie.Donc s’il attrape quoi que ce soit, la radiothérapie, ça s’arrête. Donc du coup, j’ai peur pour moi et très peur pour lui, parce que je les (11) vois très, très souvent. C’est pour ça que dès que je vais quelque part, je me lave les mains. Je rentre, je me lave en entier (12). J’ai très peur, oui. Au niveau santé, ouais, j’ai assez peur.
A : Oui, c’est ça. Je sais pas combien de temps ça va prendre pour qu’on se sente… Enfin, ils vont sûrement nous dire à un moment donné : Bon, le virus n’est quasiment plus présent et tout ça. Mais ça marque (13)!
C : Là, il y a quand même beaucoup moins de cas, hein.
A : Oui, bah oui.
C : Mais c’est vrai qu’il y en a quand même et on se dit que ça pourrait être nous, quoi.
A : Oui, oui, puis c’est ça, comme vous dites, par rapport aux personnes fragiles, âgées, on se dit : J’ai une responsabilité, alors on n’ose pas forcément…
C : Ouais. Bah moi, je sais que je vais pas énormément (14) dans les magasins ou des trucs comme ça. J’essaye vraiment de pas y aller, ou alors d’y aller le matin quand vraiment j’ai quelque chose à acheter d’important. Mais je vais pas aller me faire une journée shopping aux Terrasses du Port (15), quoi !
A : Oui, oui, je comprends. Bah je pense que les… dans les magasins, ils s’en rendent compte (16), parce que ils n’ont pas retrouvé encore toute leur clientèle. Eh oui, ça a changé toutes nos habitudes. On n’est pas aussi insouciant, c’est vrai.
C : Ce qui est bien, c’est qu’ils ont tous un gel à l’entrée des magasins. Et ça, moi, si j’étais eux, je le laisserais, hein, parce que au final, c’est pas plus mal (17), hein !
A : Oui, parce que c’est vrai que en temps normal, il y a par exemple des épidémies de, je sais pas, de gastros (18)…
C : Gastros.
A : La grippe, même. C’est vrai que peut-être ça limiterait. Si on a pris maintenant les bonnes habitudes, on peut peut-être les conserver, c’est vrai, hein. Oui, ça, je pense que on n’oubliera pas, quoi, quand on rentre chez soi, tout de suite, allez, hop, on se lave les mains et peut-être qu’on le faisait pas…
C : Ouais, c’est ça. Tu as pris le masque ? Tu as ci ? Tu as ça ?
A : Oui, oui, oui.
C : Plein de fois, moi je suis partie, j’arrive dans les magasins. Ah bah, j’ai pas le masque, bon bah je repars.
A : Mais moi, je suis confiante, là, pour la rentrée, enfin j’espère en tout cas !
C : Ouais, bah oui.
A : Oui, oui, oui.
C : Moi, j’ai un peu peur que ça revienne quand même, hein.
A : Bah…
C : Parce que là, je me dis… Si ça revient…
A : Oui, mais regardez, finalement, il y a plein de gens qui sont retournés quand même dans les cafés. Bon, dans les restaurants, ça reprend (19) aussi. Puis là, par exemple, il y a eu des manifestations (20) aussi. Les gens se sont retrouvés vraiment collés les uns aux autres (21) et ça donne pas l’impression qu’il y ait des cas si nombreux que ça.
: Ouais, dans quinze jours, si il y a toujours rien, …
A : Oui, voilà, ce sera rassurant.
C : (inaudible)
A : Oui, c’est vrai. Donc bon, on prend les choses au jour le jour, enfin semaine après semaine et puis on verra. Et voilà !
C : Moi, j’ai surtout hâte que les plages réouvrent.
A : Oui. C’est vrai.
C : Parce que c’est bien beau (22) d’ouvrir les métros, mais les plages…
A : Eh oui. C’est vrai que… Bon puis à Marseille, elles sont petites, les plages, quand même, enfin… elles sont quand même assez petites, enfin, certaines sont petites.
C : Et en plus, le truc, c’est qu’ici, tous les jeunes vont tous aux mêmes plages, quoi. Donc du coup, dès qu’il y en a une qui va réouvrir, tout le monde va se jeter dessus. Donc ça va être…
A : Oui,oui, il y a une grande concentration, oui.
C : Ouais.
A : Bon, il faut encore être un peu patient.

Des explications :
1. côté déconfinement : en ce qui concerne le déconfinement
2. les attestations : il fallait imprimer (ou remplir sur une application) un document officiel où on indiquait l’heure et la raison de la sortie (courses de première nécessité, travail, activité sportive). On avait droit à des sorties d’une heure. Si on n’avait pas cette attestation, on avait une amende de 135 € en cas de contrôle.
3. petit à petit : peu à peu
4. ça fait bizarre : on emploie plus souvent cette expression avec le verbe faire que « C’est bizarre », pour mieux exprimer son impression personnelle, ce qu’on ressent.
5. Ou quoi : ou d’autre choses semblables(familier)
6. un partiel : un des examens du semestre à l’université
7. Un kilomètre : pendant les premières semaines du confinement en France, il était interdit de s’éloigner de chez soi de plus d’un kilomètre !
8. Appréhender : avoir des craintes par avance
9. risquer quelque chose : se mettre en danger, s’exposer à un danger
10. déjà : premièrement
11. je les vois : Chloé veut parler de ses grands-parents.
12. En entier : complètement, totalement
13. ça marque : cela fait une forte impression qui ne s’oublie pas facilement
14. énormément : beaucoup
15. Les Terrasses du Port : c’est le nom d’un grand centre commercial construit en face des anciens docks de Marseille et où une très grande terrasse donne sur le port et la baie de Marseille. La vue est très belle !
16. Se rendre compte de quelque chose : constater quelque chose
17. C’est pas plus mal = c’est plutôt bien / il y a des aspects positifs (familier)
18. une gastro = une gastro-entérite (= des troubles digestifs d’origine virale le plus souvent)
19. ça reprend : l’activité redémarre
20. une manifestation : un rassemblement de gens dans la rue pour protester contre quelque chose
21. collés les uns aux autres : très près les uns des autres, donc sans respect des distances recommandées pour éviter la propagation du virus.
22. C’est bien beau de faire quelque chose… : on emploie cette expression pour marquer un contraste entre deux actions, pour dire que ce n’est pas suffisant de faire la première. Par exemple : C’est bien beau de promettre des augmentations de salaire. Mais il faut tenir les promesses maintenant.

L’évolution de la situation:
Depuis cet enregistrement, les choses ont évolué et il faut surveiller ce qui se passe. Comme on nous le répète sans arrêt dans les médias, « le virus circule toujours ». Et depuis un ou deux jours, il est question de prendre des mesures plus contraignantes pour vraiment imposer le port du masque dans tous les magasins et les lieux publics clos. Il faut dire que dans certains endroits, dans certaines villes, de moins en moins de gens ont l’air de respecter ce que les Français appellent les gestes barrières : lavage des mains avec du gel hydroalcoolique (ou de l’eau et du savon), distance physique avec les autres, port du masque. Un certain relâchement semble s’installer, comme le montrent ce petit article et cette courte vidéo. A suivre…

A la semaine prochaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s