Les trois vies de Ludivine

Aujourd’hui, nous avons rendez-vous avec Ludivine afin qu’elle nous parle de sa carrière. Elle est directrice d’un centre de loisirs qui propose, aux petits et aux grands, plusieurs activités, comme le laser game, l’escape game ou la réalité virtuelle et qui est en plein développement. Mais avant cela, la vie de Ludivine a été pleine de surprises et de rebondissements, pas virtuels du tout, eux !

Transcription:
JM: Jean-Michel / L: Ludivine

JM : Bonjour Ludivine. Comment vas-tu?
L : Bonjour Jean-Michel. Je vais très bien, merci.
JM :  Alors aujourd’hui, on va faire une interview sur, en gros (1), ton parcours.
L : D’accord. 
JM : Est-ce que tu peux te présenter, déjà? 
L : Oui. Alors, je m’appelle Ludivine, donc, j’ai trente-six ans à présent et je suis, alors, diplômée d’un master 2, d’Experte en Stratégie Marketing et Communication. Donc au niveau de (2) mon parcours professionnel, à dix-huit ans, je me suis engagée (3) dans la Marine Nationale en tant que navigateur timonier. Donc je pilotais les navires de guerre. Je me suis spécialisée comme adjointe moniteur de sport et pompier Lourd  également. Donc j’ai passé dix ans dans la Marine. 
Au terme de (4) ces dix ans, j’ai quitté l’armée, en fait, pour voir d’autres horizons, hein. J’avais passé un BTS (5) par correspondance pendant mes années militaires, donc Vente et Production Touristique, que j’ai obtenu. Donc j’ai quitté l’armée et j’ai déménagé en Lozère, où j’ai trouvé un poste de Chargée de recrutement et de formation au niveau des personnes en situation de handicap au Cap Emploi Lozère. Donc j’ai passé ces cinq ans en Lozère et donc, je ne m’y sentais plus bien. En fait, j’avais envie de rentrer chez moi, donc à Marseille. Donc j’ai décidé de reprendre, une nouvelle fois, mes études par correspondance. Donc j’ai passé mon Master 2, Marketing et Communication. J’ai obtenu mon diplôme. Je suis tombée un petit peu sur une opportunité quand j’ai souhaité redescendre (6) à Marseille, en tant, tout d’abord, que Directrice Marketing et Communication. Donc j’ai pris mes fonctions en septembre 2019 au sein du (7) groupe Marseille Loisirs. Trois mois après, j’ai été promue directrice du centre et quelques mois après, directrice  du groupe Marseille Loisirs, qui rassemble pour l’instant deux centres. Donc nous sommes en phase d’ouvrir un troisième centre. Voilà, Jean-Michel.
JM :  Donc tu as eu, entre guillemets (8), trois vies différentes. Tu as eu d’abord l’armée. Ensuite, tu as eu tout ce qui était le domaine RH (9) quand tu étais en Lozère et maintenant, le marketing.
Est-ce que ça a été difficile, de passer notamment du monde militaire au monde civil? Parce que on peut peut-être se demander s’il y a des grosses différences.
L : Alors oui, effectivement (10), il y a de très grosses différences entre le monde militaire et le monde civil. Le monde militaire, on s’engage tous par  vocation en fait, hein. Pour rester et perdurer dans l’armée, il faut vraiment avoir cette vocation-là, avoir un profond respect de l’autorité, de la hiérarchie, savoir obéir aux ordres mais savoir aussi en donner, manager des équipes, hein, en fait commander des petites troupes, etc. Et c’est vrai que quand on passe au  monde civil, j’ai envie de te dire, moi, la première année, j’ai pris un petit peu la douche froide (11)!
JM : Ah ouais ! Pourquoi ?
L : J’ai pris la douche froide parce que je me suis rendu compte que la mentalité militaire, où on ressent vraiment un esprit de corps (12) et une cohésion – l’armée c’est vraiment une grande famille et tout le monde se soutient, hein, on ne laisse jamais quelqu’un derrière soi. Eh bien dans le civil, ce schéma-là n’était pas reproduit, en fait. Donc je me suis aperçue que les gens n’étaient pas tous sympathiques, n’avaient  pas tous l’esprit d’équipe, etc. Donc il a fallu faire avec ça (13), en fait, et s’habituer, doucement, à ce monde-là, qui était nouveau pour moi au final, hein, parce que j’étais très formatée depuis enfant, militaire, parce que je viens d’une famille de militaires.
JM : Ah ouais ! J’étais pas au courant (14). Tu m’as jamais dit. 
L : Oui, oui. 
JM : Et du coup, tes parents, ils faisaient quoi ?
L : Alors, pas mes parents mais mes grands-parents et arrière-grands-parents étaient dans… alors, mon grand-père, dans l’Armée de Terre, il a fait la guerre d’Algérie, mon grand-père. Et mon arrière-grand-père était dans la Marine aussi. Il était  fusilier marin. Donc il a notamment fait la bataille de Dixmude. Voilà.
JM : Ah, d’accord !
L : Donc on avait des combattants dans la famille et du coup, ils m’ont transmis leurs valeurs, etc. Et c’est vrai que mon grand-père m’a appris beaucoup de choses : à être très polyvalente (15), à bricoler (16), etc. Donc…
JM : Ça se voit, hein !
L : Voilà. Donc j’étais une fille un petit peu garçon manqué (17), entre guillemets, parce que, voilà, j’ai été coachée par mon grand-père depuis enfant. Et ensuite, voilà, je me suis retrouvée dans ce monde civil un peu particulier. Et puis, j’ai décidé, moi – quelle idée ! (18) – de m’en aller en Lozère (19) où c’est encore plus particulier, parce qu’il y a beaucoup moins de monde. J’étais…
JM : Tout le monde se connaît, non ?
L : Voilà, déjà, tout le monde se connaît. Et puis j’étais vraiment une étrangère  dans le pays de la Lozère, quoi ! Donc j’y ai passé quand même (20) cinq ans. Mais au bout de cinq ans, je me suis dit que c’était pas fait pour moi, que j’étais peut-être un peu trop jeune pour être autant isolée à la campagne / montagne, en fait. D’où l’envie de rentrer à Marseille, au soleil aussi, au chaud, et d’avoir surtout de nouvelles perspectives en terme professionnel, parce qu’en Lozère, c’était une totale stagnation. J’avais pas vraiment de possibilités d’évolution (21) dans mon poste ni sur d’autres postes au niveau de la ville ou du département. Donc j’ai décidé de rentrer. J’en suis très contente, parce que maintenant, j’ai une  carrière qui est vraiment lancée, dans ce que j’aime par-dessus tout, le marketing et la communication. Et donc j’ai donc rencontré les associés de Marseille Loisirs, qui sont quatre personnes extraordinaires, qui me font confiance et avec qui j’avance, réellement. Voilà.
(à suivre)

Des explications :
1. en gros : sans entrer dans les détails, pour résumer
2. au niveau de : en ce qui concerne
3. s’engager ( dans l’armée) : entrer dans l’armée
4. au terme de quelque chose : à la fin de quelque chose. Par exemple: Au terme de notre voyage / Au terme de cette visite
5. un BTS : un Brevet de Technicien Supérieur. Les BTS se préparent après le bac, en deux ans.
6. redescendre à Marseille : revenir à Marseille. On utilise ce verbe car sur une carte, la Lozère est au nord-ouest de Marseille. En revanche, on dit par exemple : monter à Paris, si on vit dans le sud.
7. Au sein de : dans, à l’intérieur de. Par exemple : au sein d’une équipe, au sein d’un service, au sein d’une école.
8. Entre guillemets : pour ainsi dire, en quelque sorte, si on peut dire. Ici, cela sert à indiquer que l’idée d’avoir trois vies est à prendre au sens figuré. C’est une image.
9. Les RH : les ressources humaines
10. effectivement : c’est vrai que…
11. prendre la douche froide : se rendre compte de la réalité de manière brutale. On dit souvent : ça a été la douche froide.
12. un esprit de corps : un sentiment d’appartenance à la même structure
13. faire avec (ça) : supporter une situation, s’y habituer
14. être au courant (de quelque chose) : savoir quelque chose, parce qu’on en a été informé
15. être polyvalent : savoir faire beaucoup de choses différentes, ne pas être spécialisé
16. bricoler : réparer, fabriquer, etc.
17. Un garçon manqué : une fille qui a des activités (et une apparence) considérées comme plutôt masculines.
18. Quelle idée ! : cette exclamation signifie qu’on se demande pourquoi on a eu cette idée, qu’on juge bizarre, surprenante.
19. La Lozère : un des départements français, très rural.
20. Quand même : malgré tout, pourtant
21. des possibilités d’évolution : des chances de promotion

Pour juste écouter cet entretien :
Les trois vies de Ludivine

Quelles sont les activités proposées par les centres Marseille Loisirs ?
Cliquez ici pour avoir tous les détails et les tarifs.
Est-ce que de votre côté, vous avez déjà joué à tout ça ?
Racontez-nous !

Marseille Loisirs

On se retrouve la semaine prochaine, pour la fin de cette conversation avec Ludivine. En attendant, bonne semaine à tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s