Une année spéciale pour Louise

Le baccalauréat s’est terminé mi-juillet. Tous les élèves qui l’ont réussi vont devenir étudiants et enchaîner en septembre avec la suite de leurs études. Cependant, certains décident de faire une pause et de vivre autre chose pendant un an, avant de poursuivre. C’est ce que Louise, qui est passée par là, raconte aujourd’hui dans cette conversation.

Transcription:
L: Louise / A: Anne

A : Alors aujourd’hui, bah on est quatre. Donc Louise nous a rejointes*, puisqu’on n’est que du sexe féminin, donc rejointes. Et bah, écoutez, Louise, vous allez vous présenter aussi comme ça, après, on en sait (1) un petit peu plus sur vous. Qu’est-ce que vous diriez pour…
L : Pour me présenter ?
A : Oui.
L : Alors, bonjour tout d’abord. Je m’appelle Louise, je suis étudiante en DUT GEA en alternance (2) en deuxième année. J’ai 21 ans, parce que j’ai redoublé (3) et que j’ai pris une année sabbatique, donc j’ai pris deux ans de retard (4). Pour me présenter, je dirais que j’aime beaucoup voyager, c’est pour ça que je suis partie faire une année sabbatique en Australie, quand j’avais 19 ans. Là-bas, j’ai appris à parler anglais, pas totalement bien mais j’ai quand même un petit peu appris. J’ai travaillé dans la restauration (5) et ça m’a beaucoup plu (6). Suite à ça (7), je suis partie quatre mois à Bali, où j’ai pris des vacances, bien méritées. Voilà, pour ma présentation.
A : Et l’année sabbatique, c’était pour quoi ? Comment ça s’est passé ? Parce que en France, c’est pas si fréquent que ça. C’était après le bac (8) ?
L : Oui.
P : D’accord. Donc on parle maintenant d’année de césure (9).
L : C’est ça.
A : Mais en France, finalement, c’est pas encore si répandu, donc comment ça s’est passé pour que vous décidiez de faire ça ?
L : J’ai décidé de partir parce que, tout d’abord, je voulais apprendre l’anglais, parce que je sais qu’aujourd’hui, c’est indispensable pour avoir un job (10). De plus, j’ai décidé de partir parce que je n’avais pas énormément… je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire plus tard ou quelles études je voulais faire. Donc pour moi, c’était l’année parfaite pour partir avant de commencer des études, qu’elles soient longues ou courtes.
A : D’accord.Partir au bout du monde !
L : Au bout du monde, c’est le cas. Voilà.
A : Bon bah c’est très bien ! Peut-être qu’on en reparlera dans l’année de cette année très spéciale !
L : Bien sûr ! Volontiers. (11)
A : Merci !
L : Merci !

Des explications :
1. on en sait plus sur vous : il ne faut pas oublier « en » dans ce genre de de phrase. On ne peut pas dire : On sait plus sur vous.
2. En alternance : dans ce genre de cursus, les étudiants sont en partie en entreprise et en partie dans une école. Dans le département GEA de Marseille, cela signifie que Louise est à l’IUT le lundi et le mardi, avec des cours classiques, et qu’elle est en entreprise le reste de la semaine où son travail, qui lui donne de l’expérience sur le terrain, est encadré par un tuteur et est rémunéré.
3. Redoubler : refaire une année dans la même classe parce qu’on n’a pas le niveau nécessaire pour passer dans la classe supérieure.
4. Deux ans de retard : par rapport au nombre d’années normal pour faire un cursus scolaire.
5. La restauration : c’est le secteur des restaurants.
6. Ça m’a plu : (du verbe plaire) : j’ai bien aimé cette expérience.
7. Suite à ça : on peut dire aussi : ensuite / après
8. le bac = le baccalauréat, c’est-à-dire l’examen final après le lycée, qui permet de poursuivre des études dans l’enseignement supérieur (universités, écoles, etc.)
9. une année de césure : une césure est une coupure. Donc c’est lorsqu’un étudiant décide d’interrompre temporairement ses études, avant de revenir dans un cursus traditionnel.
10. Un job : un emploi. (style familier)
11. volontiers : avec plaisir. C’est une façon polie d’accepter de faire quelque chose.

Année sabbatique / année de césure :
– On utilise l’expression année sabbatique plutôt pour ceux qui ont un emploi et font une coupure dans leur carrière professionnelle.
– Depuis quelques années, c’est devenu également à la mode pour les étudiants qui n’ont pas terminé leurs études. On emploie plutôt le terme : année de césure. Voici quelques informations officielles ici dans notre université.

* Un peu de grammaire : l’accord du participe passé au passé composé avec l’auxiliaire avoir:
Louise a rejoint Aline, Mathilde, Lydia et Anne : pas d’accord car le COD (Aline, Mathilde, etc.) est placé après le verbe au passé composé. (auxiliaire avoir)
Louise nous a rejointes / les a rejointes : accord en genre (féminin) et en nombre (pluriel) avec le COD (nous / les) placé avant le verbe.
Louise a rejoint Aline => Louise l’a rejointe. (accord féminin singulier)
Elle a rejoint les garçons => Elle les a rejoints. (accord masculin pluriel)

Pour simplement écouter cette conversation :
A la rencontre de Louise – France Bienvenue

A bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s