Une expérience inoubliable pour Julie

Aujourd’hui, on quitte la France, et même l’Europe, et on s’aère la tête, avec Julie, qui nous parle de son voyage en Australie. Elle nous explique pourquoi elle s’est décidée à partir si loin, et pas comme simple touriste pour juste quelques semaines. Pour elle qui n’était pas jusque-là une grande voyageuse, cette expérience au bout du monde a tout changé !

Transcription
Y: Yéléna : J: Julie

Y : Bonjour ! Donc aujourd’hui, nous sommes avec Julie, qui va nous raconter une de ses expériences qui l’a marquée, qui est son voyage en Australie. Bonjour Julie !
J : Bonjour !
Y : Alors, est-ce que tu pourrais te présenter ?
J : Oui, alors bah je m’appelle Julie. Donc je vais avoir 22 ans et donc je suis actuellement en DUT GEA à Marseille et il y a bientôt deux – trois ans, je suis partie en Australie. Alors en fait, il m’est venu l’idée de partir en Australie tout simplement parce que j’étais… Du coup, j’avais déjà commencé une formation GEA.
Y : Ah d’accord
J : J’étais à Gap (1). Donc j’avais commencé et au bout d’un mois – du coup, c’était en septembre 2016 – au bout d’un mois, je savais pas pourquoi je faisais ça, j’avais pas vraiment de but, ça me plaisait pas des masses(2).
Y : D’accord.
J : Et vraiment, j’avais pas… j’avais pas vraiment d’ambition dans cette voie-là.
Y : Tu savais pas vraiment…
J : C’est ça.
Y : … où te diriger.
J : Et, du coup, je me suis dit : Pourquoi pas aller apprendre l’anglais, parce que ça sera quelque chose qui me servira tout le temps, parce que c’est… enfin, pour voyager, comme (3) dans le monde professionnel.
Y : Bien sûr.
J : Et je me suis dit : Pourquoi faire ça… pourquoi pas faire ça et surtout au moins, peut être que ça m’aidera à trouver ma voie et savoir un peu ce qui me plaît ou pas. Et du coup, je me suis retournée vers l’organisme (4) ESL – donc c’est un peu comme English First mais un autre partenaire. Et en fait, ils m’ont conseillé sur toutes les destinations et c’est vrai qu’au début, je regardais surtout l’Irlande, l’Angleterre, parce que c’est des destinations plus proches. Du coup ça me semblait plus réaliste.
Y : Oui.
J : Sachant que (5) je n’avais pratiquement pas voyagé avec mes parents, à part en France, et j’avais jamais bougé (6) sur (7) l’étranger.
Y : C’est un de tes premiers gros voyages.
J : C’est ça. Aller… aller aussi loin, au départ, c’est pas une de mes idées, même si j’en avais envie. Pour moi, c’était juste irréalisable ! Et en fait, en réalisant que… Parce que je suis allée du coup en Australie principalement à la base pour prendre des cours d’anglais et passer le Cambridge qui est donc une certification en anglais… et j’ai vu qu’au niveau… pardon tu…
Y : Et pourquoi, du coup, l’Australie ?
J : Bah en fait, j’ai regardé le prix. Du coup, les formules (8) qui étaient proposées, c’était trois mois d’école et trois mois de logement. Et en fait, que je parte en Australie ou en Irlande ou quoi, le prix de cette école, c’était le même.
Y : D’accord.
J : Et du coup, je me suis dit bah… Déjà, je pensais qu’il y aurait une grosse différence de prix. En fait, pas tellement ! Après, la grosse différence de prix, c’est au niveau du billet d’avion, la vie là-bas, enfin…
Y : Eh oui !
J : Ça fait vraiment une grosse différence finalement, mais du coup, en voyant que déjà, l’école, c’était le même prix, je me suis dit bah, pourquoi pas partir à l’étranger, au moins, vraiment, enfin… aussi loin, parce que c’est vraiment un pays qui me tentait et…
Y : En plus, c’est vraiment loin, là, pour le coup !
J : Oui, oui, puis en plus, c’est à l’autre bout du monde mais…
Y : Les heures de vol….
J : Voilà, quoi ! Et au final, mes parents étaient pas trop d’accord au début, parce que bah… ils avaient peur, on n’a pas les moyens (9) et du coup, ils essayaient de me persuader de pas…
Y : Comment tu as fait pour les convaincre, alors ?
J : Bah, finalement, ils m’ont dit : « Vu que (10), que ce soit Irlande ou Australie, c’est pareil, donc nous, on veut bien te payer le prix de l’école et après, le reste, tu te débrouilles (11).»
Y : D’accord.
J : Et ils pensaient que ça allait me dissuader (12) justement de…
Y : Ah d’accord !
J : Voilà ! Et en fait, bah, j’ai préféré… j’ai préféré vider mon compte bancaire depuis… que j’avais économisé depuis des années pour finalement partir là-bas et c’était la meilleure chose, la meilleure décision de ma vie, je pense ! Donc j’ai aucun regret sur ça.
Y : D’accord ! Et qu’est-ce que tu en tires, du coup, de cette expérience ?
J : Beaucoup de maturité, je pense, et…
Y : Tu es restée combien de temps ?
J : Quatre mois au total.
Y : Quatre mois ?
J : J’ai fait, du coup, trois mois à l’école, j’ai passé le Cambridge First et je l’ai eu. Et après, pendant un mois, j’ai voyagé en sac à dos sur la côte est de l’Australie.
Y : Ah d’accord !
J : Et c’était…
Y : Tu as fait de belles rencontres ?
J : Oui, bah beaucoup de… un peu… Pas tant d’Australiens, parce que du coup, à l’école, pour apprendre l’anglais, il y avait pas d’Australiens.
Y : C’est sûr que…
J : Beaucoup de personnes d’Amérique Latine, de Suisse, énormément de Suisse et… mais qui parlaient Allemand par contre, et vraiment beaucoup de personnes d’Amérique Latine et vraiment, ouais, de belles rencontres même sur… lors de mon voyage. Donc voilà, très peu d’Australiens. Donc ça, je suis un peu… Peut être un point sur lequel, s’il fallait que je refasse quelque chose, ça serait ce point-là. Mais pour autant (13), quand même, la culture, je l’ai bien découverte…. parce que bah, j’ai vécu là-bas et du coup, en allant au restaurant, en sortant ou quoi, bah c’est la culture australienne et…
Y : Et tu as mis du temps à t’adapter ou… ?
J : La première fois, ça m’a fait bizarre, quand je suis arrivée, du coup…
Y : Tu étais seule.
J : Bah oui, c’est ça. J’avais… Je venais tout juste d’avoir 18 ans. Du coup, enfin, c’était impressionnant et c’est vrai que j’étais plutôt bonne en anglais à l’école, du moins, j’étais dans les meilleurs (14) tout le temps. Donc je me suis dit « Bon, ça va le faire (15) » – je sais que je regardais des séries un peu en anglais et tout – je me suis dit « Ça va le faire !»
Y : Tu t’es dit : Pourquoi pas tenter ?
J : Voilà ! Je suis arrivée là-bas… En plus, j’ai eu un petit problème à l’aéroport, où on devait venir me chercher et qu’au final, ça se faisait pas et que j’ai dû appeler, parler en anglais et tout… et je me suis rendu compte que je comprenais ce qu’on me disait, mais par contre, parler…
Y : Tu arrivais pas à t’exprimer (16).
J : Déjà, j’étais quelqu’un de très, très timide et en plus en final, en anglais, c’était compliqué, Dans la tête, tu sais ce que tu vas dire mais les sortir…
Y : Mais, tu arrives pas à sortir les mots justes.
J : C’est vraiment… On fait pas assez… On fait pas assez d’oral à l’école, vraiment pas assez en anglais !
Y : C’est là que tu le vois bien.
J : On le sent bien. Et du coup, non, beaucoup de maturité, de l’expérience, le fait de… Ça m’a donné le goût de l’aventure et de pas avoir peur, beaucoup de motivation dans la vie, dans le sens où j’ai plus peur maintenant de me lancer (17) de faire des choses qui me semblent techniquement insensées et de me dire :« Bah vas-y, fais-le !»
Y : J’ai fait ça !
J : Au pire (18), tu te… tu te plantes, tu te plantes (19). Mais au moins, tu auras tenté et tu as pas de regret sur ce que tu fais et… Non, beaucoup de… beaucoup de positif. Et surtout, ça m’a appris à prendre du recul (20) sur les choses et de me dire que… Parce que c’est vrai qu’en France, on est très râleur (21) et…
Y : Ça, c’est vrai ! C’est vrai !
J : Et on n’est jamais satisfait de ce qu’on a, tout ça, et en fait, réaliser à quel point la vie est belle, quoi ! J’étais… Des fois, j’avais rien de particulier de prévu, j’avais pas des projets de fou (22) et tout, mais juste j’étais sur la plage, il faisait beau, entourée de gens que j’aimais bien, donc…
Y : Tu appréciais le moment venu.
J : Voilà ! C’est ça. Chose qu’avant je… je n’arrivais pas à faire. Parce que j’étais trop préoccupée par : Il faut toujours que je sois… que j’ai un projet, un truc, et au final, là, bah juste savoir aussi se contenter de ce qu’on a et avoir aussi des objectifs, c’est très important, mais quand même, réaliser la chance qu’on a, bah… d’être au moment où on est et de partager certains moments…
Y : Profiter de l’expérience.
J : C’est ça !
Y : Merci !
J : Merci !

Des explications
1. Gap : c’est une ville des Hautes Alpes, à 180 km de Marseille, où il y a aussi un IUT comme le nôtre.
2. Pas des masses : pas beaucoup (familier)
3. comme dans le monde professionnel = et dans le monde professionnel également
4. un organisme : ici, c’est une entreprise qui organise des séjours à l’étranger pour les jeunes.
5. Sachant que : il faut dire que…
6. bouger : voyager (familier)
7. sur l’étranger : à l’étranger
8. une formule : un programme proposé par ces organismes qui proposent des séjours à l’étranger. Ce programme décrit les différentes options qui sont proposées.
9. Avoir les moyens = avoir assez d’argent pour se payer quelque chose
10. Vu que : Comme, puisque
11. tu te débrouilles : tu trouves comment faire, donc pour Julie, comment financer le reste
12. dissuader : décourager, pousser à ne pas faire quelque chose
13. pour autant = malgré tout
14. dans les meilleurs : Julie faisait partie des meilleurs élèves en anglais de sa classe.
15. Ça va le faire = ça va marcher, je vais y arriver. (familier)
16. s’exprimer : parler
17. se lancer : oser commencer à faire quelque chose
18. au pire : dans le pire des cas = et même si ça ne se passe pas bien
19. se planter : échouer. Rater quelque chose, se tromper. (familier)
20. prendre du recul : observer les choses avec plus de sérénité
21. râleur : qui râle, c’est-à-dire qui se plaint pour un oui, pour un non, pour des choses pas si graves que ça
22. de fou : grandiose, extraordinaire (familier)

L’Australie, une expérience inoubliable pour Julie – France Bienvenue

Et vous, racontez-nous.
– Avez-vous passé plusieurs mois dans un pays étranger ? Comment vous êtes-vous adapté?
– Si vous êtes venu en France, avez-vous eu du mal à vraiment rencontrer des Français ?
– Avez-vous ressenti le même blocage que Julie quand vous vouliez parler ? Au bout de combien de temps vous êtes-vous senti plus à l’aise pour vous exprimer ?

A bientôt !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s