Gaël et le rugby (1)

Comme vous le savez, Gaël joue au rugby. Mais pas juste comme ça, pour faire un peu de sport ! Il est ce qu’on appelle un sportif de haut niveau. Mais il est en même temps étudiant et il faut dire qu’en France, ce n’est pas simple de concilier des études et la pratique poussée d’un sport. Voici aujourd’hui la première partie d’une série de conversations où il nous raconte sa passion, ses études, sa vie quotidienne.

Transcription
G : Gaël / A : Anne

A : Bonjour Gaël.
G : Bonjour madame.
A : Alors, vous n’êtes pas sur un terrain de rugby ?
G : Non.
A : Pas aujourd’hui, du tout (1) ?
G : Si, en fin… en fin de journée, à partir de 18h (2), je rejoindrai le terrain.

A : C’est combien de temps, un entraînement ?
G : Une heure trente, en moyenne.
A : Et alors, qu’est-ce qu’on fait quand… Parce que c’est un entraînement ou c’est des matches ?
G : Non, c’est des entraînements, donc trois soirs par semaine, c’est vraiment des entraînements spécifiques rugby : il y a de la course, il y a pas mal de jeux autour du ballon… enfin, du ballon ovale. Et à la fin, ça se finit avec des oppositions, en respectant les mesures sanitaires. Donc nous, comme tous les sports de contact, on peut continuer la pratique si il y a pas de contact. Donc du coup, on essaye de trouver des… certaines parades (3) telles que le rugby, enfin rugby touché. Ou on a aussi des sortes d’entraînements, on va dire préparation physique où là, c’est axé (4) sur la musculation (5) ou sur de l’athlétisme (6).
A : Vous aimez tout ou vous avez des préférences ?
G : Aussi bizarre qu’il soit, je préfère… Les parties de l’entraînement que j’adore, c’est celles où il y a du contact, où je me mesure, on va dire, aux physiques plus… plus costauds (7) que le mien. Et voilà. Mais en règle générale (8), ce qui est très, très bien avec le rugby, c’est qu’il est très difficile de s’ennuyer pendant un entraînement, parce que en fait, on balaye (9) tellement de situations, on peut dire que ça soit sur de la préparation physique pure, où on est sans le ballon, avec ballon. Puis des fois, on est… Il y a le côté tactique, le côté technique où on se retrouve…enfin, à être sur différents effectifs (10), à effectif réduit ou en effectif complet. Et franchement, c’est très, très intéressant et c’est ça qui permet de multiplier les entraînements par semaine, sans même s’en lasser (11).
A : Il y a jamais de monotonie.
G : Exactement.
A : Bon, vous avez commencé, vous aviez quel âge ?
G : Alors j’ai commencé le rugby à l’âge de quatre ans et demi.
A : Oui. Et vous aviez essayé autre chose ou… ?
G : Juste avant, en fait, par défaut, j’avais essayé le judo et la baby gym, parce que au rugby, on n’avait pas le droit de prendre de licence (12) avant cinq ans. Et l’année de mes cinq ans, j’ai pu… j’ai pu commencer le rugby. Et en fait, ça s’est fait un peu de manière… de manière naturelle parce que je suis issu d’une famille rugby et en fait, mon papa, il était tous les soirs et tous les weekends au rugby. Et en fait, c’était la… comment dire ? La responsable du club house qui me gardait et qui était un peu ma nounou (13), donc en fait, voilà, j’ai été baigné de rugby dès le plus jeune âge.
A : Bon, c’est, oui, la famille. C’est ça, vous avez un frère qui…
G : Exactement.
A : … qui vous précède.
G : … Mon grand frère par la suite qui est devenu un très bon joueur, enfin, qui l’est toujours et voilà.
A : Vous avez envie, vous, de faire… Vous pourriez faire comme votre frère, là, ou… ?
G : On va dire, je veux pas rater ma chance mais il est peut-être un peu plus compliqué pour moi maintenant de devenir…
A : Professionnel.
G : … professionnel à son niveau. Après, il faut jamais dire jamais. Donc je travaille pas forcément pour être… Enfin la finalité (14), c’est pas forcément (15) être professionnel, c’est être meilleur dans ce qu’on fait, donc que ça soit dans le rugby ou à l’école, c’est toujours essayer de se surpasser, de progresser de jour en jour. Si l’opportunité se présente par la suite, ça, c’est sûr que je ne dirai pas non ! Après, j’en fais pas une finalité à outrance (16).
A : Oui, oui. Donc vous avez choisi de faire en même temps un DUT. On pourrait imaginer qu’un sportif, il va faire des études pour devenir enseignant de sport éventuellement, enfin, rester dans le domaine du sport. Et vous, c’est pas du tout le domaine du sport. Pourquoi ce choix alors ?
G : Parce que en fait, déjà, à l’obtention de mon Bac, dans un premier temps, je m’étais dirigé sur une prépa HEC, une prépa (17) aux grandes écoles de commerce. En fait, j’ai toujours mené un double projet : essayer d’être… de performer (18) sur le terrain et aussi sur les bancs de l’école (19), entre guillemets. Et du coup, ça a vraiment été mon équilibre. Et après dix-huit ans, j’ai voulu essayer aussi de mener la même chose, et en fait, en m’engageant dans la prépa… enfin dans la prépa HEC, là, j’ai assez vite compris qu’il était très, très, très délicat (20) de mener de front (21) des études de haut niveau entre guillemets avec une pratique de sport… enfin une pratique sportive aussi minime qu’il soit. En fait, ils (22) demandaient à, plus ou moins, que chaque… que tous les élèves arrêtent leur hobby à côté des cours pendant deux ans, histoire de se concentrer pleinement à la poursuite des études. Et j’ai eu l’opportunité donc de partir à Paris, au club du Stade Français (23), donc qui a un très, très bon niveau rugbystique. En fait, ils m’ont dit qu’ils avaient des partenariats avec l’université Paris-Est Créteil, avec une structure (24) centrée autour du jardin du Luxembourg. Donc cela m’a permis de… pendant mes deux années à Paris de poursuivre une pratique sportive à haut niveau tout en ayant une assise (25) scolaire assez…
A : Mais alors c’est plutôt tout ce qui est quand même management, etc.
G : Ouais.
A : Parce que vous avez un projet éventuellement de… de travailler dans quel domaine si… si le rugby suffit pas ?
G : Pour être honnête avec vous, j’ai pas encore de… d’idée assez concrète de ce que je veux faire par la suite. Et en fait, je me suis… J’ai toujours voulu me laisser l’opportunité de me dire que si, à un moment dans ma vie, je suis lassé par le rugby ou le sport, ne pas dépendre du sport. Donc voilà. Et après aussi parce que avant tout, ça m’intéresse, tout ce qui est management ou marketing…
A : Oui, c’est ça. Oui, oui.
(A suivre la semaine prochaine)

Des explications:

  1. du tout = pas du tout
  2. 18h : c’est ce qu’on écrit. On dit : dix-huit heures
  3. trouver une parade : trouver un autre moyen de faire quelque chose qui est interdit ou impossible
  4. être axé sur quelque chose : être tourné vers quelque chose
  5. la musculation : cette pratique permet de se muscler (avec des machines, des poids, etc.)
  6. l’athlétisme : ce terme regroupe différentes disciplines comme la course, le saut en longueur, le saut en hauteur, le javelot, etc.
  7. costaud : fort, puissant
  8. en règle générale : généralement, en général, d’une manière générale
  9. balayer des situations : envisager des situations différentes
  10. les effectifs : le nombre total de participants
  11. se lasser de quelque chose : ne plus trouver ça intéressant, alors qu’on aimait ça avant
  12. prendre une licence dans un club sportif : s’inscrire officiellement dans un club. On est alors licencié de ce club.
  13. une nounou : une femme qui s’occupe de garder des enfants (familier)
  14. la finalité : le but, l’objectif
  15. pas forcément : pas nécessairement
  16. à outrance : de manière excessive
  17. une prépa : une classe préparatoire aux grandes écoles. HEC est une de ces grandes écoles.
  18. performer : réussir, se surpasser
  19. sur les bancs de l’école : c’est une expression tout faite, qui date de l’époque où les écoliers étaient assis sur des bancs. (C’est pour cette raison que Gaël dit « entre guillemets »: aujourd’hui, on est assis sur des chaises.)
  20. délicat : ici, cet adjectif a son sens de compliqué, pas facile du tout.
  21. mener deux choses de front : faire deux choses en parallèle, deux choses qui prennent du temps et de l’énergie.
  22. ils : les enseignants de cette école
  23. le Stade Français Paris Rugby : un des grands clubs de rugby français, basé à Paris.
  24. une structure : un lieu, des installations
  25. une assise : une base

A la semaine prochaine pour la suite de ce portrait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s