Un Noël d’antan en Provence

C’est bientôt Noël. Alors aujourd’hui, Camille nous emmène faire un petit tour du côté des traditions de la Provence. C’est Josette qui nous raconte les Noëls d’antan, quand elle était petite fille.
Merci Josette pour cette très belle évocation !

Transcription
J : Josette / C : Camille

C: Bonjour Mamie.
J: Bonjour ma chérie.
C: Alors aujourd’hui, je t’interroge parce que tu as décidé de nous parler de Noël. Donc je voulais que tu me racontes un petit peu comment c’était Noël quand tu étais petite, comment tu le fêtais.
J: Voilà, voilà. Alors je vais te raconter le Noël de mon enfance. Voilà, c’était très beau pour moi. C’était une histoire, c’était une … de famille, non… Comment on dit?
C: Une fête.
J: Une fête de famille, voilà. Alors le matin du 24 décembre, j’allais avec mon père à la campagne sur ses terres (1). Et on coupait un pin. Je partais avec le cheval, en charrette. De retour, j’étais toute fière d’avoir le pin derrière moi, parce que je montais devant, voilà. Dis donc, j’étais pas fière (2), de monter devant avec mon père !Voilà, j’installais…. Le soir, j’installais le pin. Je faisais le bel arbre (3)… un bel arbre de Noël. Au pied, je mettais la crèche (4). Je mettais la crèche mais simplement la Sainte Famille, il y avait pas grand-chose (5), juste… voilà. Après, la cheminée marchait toute la journée. Voilà. Le soir, c’était en famille mais pas… pas comme maintenant. Voilà. C’était du poisson, une salade, l’anchoïade (6), le… Peut être que le prof saura ce que : c’est un gratin de cardes (7) avec un os, de la moelle d’os ou un os à moelle, enfin la moelle de l’os. Voilà, c’était… Après, on partait à la messe de minuit qui était… L’église se trouvait la rue (8) juste derrière la mienne et tout le long, jusque… C’était pas loin, je donnais la main à ma mère et à mon père et je sautais comme un kangourou ! Voilà. Et après, je savais qu’en rentrant, on avait les treize desserts (9) voilà. C’était magnifique ! Et vers les minuit, ouais, mon grand père prenait… Je pense qu’il prenait un pied de vigne, la cheminée était bien, bien chaude, il y avait bien de braises (10). On était… Lui tenait un bout (11), moi, je tenais l’autre bout parce que c’était une personne âgée et la plus jeune. On mettait ça dans la cheminée et on ajoutait du vin ou de l’alcool, je ne sais pas quoi et ça… Voilà, il y avait une belle, belle flamme et mon grand père disait en provençal « L’année prochaine, à l’an que ven (12), s’il y a pas … s’il y a pas de naissances, qu’il y ait pas de morts, voilà. Qu’on soit tous pareils et que… » (13) Voilà. Je me rappelle plus trop, il y a tellement longtemps ! Voilà.
C: Oh c’est pas grave.
J: Voilà. Et puis alors, le lendemain, le Papa Noël, il passait (14), et j’avais une poupée. Et puis après, le repas de la famille, c’était un poulet au four, farci, enfin voilà. C’était magnifique!

Des explications:
1. Sur ses terres : dans sa propriété.
2. J’étais pas fière = J’étais très fière ! Cela vient de l’expression : Je n’étais pas peu fière.
3. Je faisais le bel arbre de Noël : Josette décorait le pin avec des guirlandes, des boules.
4. La crèche : en Provence, on installe la crèche, pour représenter la naissance du Christ. (avec des santons, petits personnages en plâtre)
5. il y avait pas grand-chose : Josette veut dire qu’il y avait peu de santons. Dans de nombreuses crèches aujourd’hui, il y a les personnages religieux mais aussi des personnages et des animaux de la vie d’un village d’autrefois en Provence.
6. l’anchoïade : une sauce / crème à tartiner à base d’anchois.
7. un gratin de cardes : les cardes sont les côtes de légumes comme les blettes.
8. elle se trouvait la rue derrière la mienne  = dans la rue…
9. les treize desserts : c’est la tradition provençale. Treize desserts, en référence aux douze apôtres et au Christ, lors de la Cène.
Cliquez ici pour voir la liste !
10. il y avait bien de braises = il y avait beaucoup de braises. Cette tournure vient du patois provençal.
11. Un bout : une extrémité du pied de vigne
12. A l’an que ven : à l’année prochaine (en provençal)
13. La phrase en provençal dit : Se sian pas mai, que siguen pas men, ce qui signifie : Si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins. Ce vœu signifie : s’il n’y a pas de naissances, qu’il n’y ait pas de décès.
14. passer : on utilise ce verbe à propos du Père Noël. Quand on voit des enfants, on leur demande : « Alors, le Père Noël est passé ? Qu’est-ce qu’il t’a apporté ? ».

Une jolie expression, littéraire : Les Noëls d’antan
d’antan = d’autrefois, du temps passé.
Il y a un petit parfum de nostalgie dans cette expression

Pour simplement écouter :
Noël d’antan – France Bienvenue


Voici un autre article sur les 13 desserts, avec toutes les explications sur chacun des desserts servis.

Et vous ? Racontez-nous.
– Avez-vous de beaux souvenirs de Noël quand vous étiez enfant ?
– Quelles sont les traditions chez vous ?

Joyeux Noël à tous !
Bonnes vacances à ceux qui en ont.

Et à la semaine prochaine.

3 réflexions sur “Un Noël d’antan en Provence

    • meriem dit :

      Bonjour Peta,
      Vos commentaires et vos avis nous aident beaucoup à améliorer nos interviews. On vous remercie et on vous dit à très vite pour de nouvelles conversations qui arrivent très prochainement.
      Meriem de France Bienvenue

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s