Après le confinement avec Chloé (1)

Nous sortons doucement du confinement et ça fait du bien ! Mais les cours à l’université n’ont pas repris, ordre du gouvernement, contrairement aux écoles, collèges et lycées. Voici donc la première partie d’une conversation avec Chloé que vous connaissez puisqu’elle était la première à livrer ses impressions au tout début du confinement. Retour sur ces semaines où les études ont continué à distance et petit bilan de ce que ça a changé selon Chloé.

Transcription
C : Chloé / A : Anne

A : Bonjour Chloé.
C : Bonjour.
A : Ça fait longtemps, hein, qu’on ne s’est pas parlé, et puis là, je vous vois finalement, en visio (1) toujours (2). Mais… Oui, quand il y avait les cours, je pouvais pas voir tout le monde. Puis la plupart des étudiants ne mettaient pas leur caméra parce que…
C : Ça beuguait (3), avec les caméras. C’était un peu galère.(4)
A : Voilà, c’est ça. Donc là, ça redevient presque normal !
C : Ouais !
A : Alors comment vous avez vécu ça, tous les cours en ligne ? Là, c’est fini, bon, vous êtes un peu tranquille (5). Est-ce que vous avez un stage (6) ?
C : Bah non.
A : Non ? D’accord. Donc ce sera l’an prochain, les dix semaines.
C : Ouais, l’année prochaine (7), ouais.
A : Voilà. D’accord.
C : Je cherche toujours une alternance (8) mais…
A : Ah !
C : C’est… c’est compliqué parce que toutes les entreprises que j’appelle : « Ah, mais là, on prend pas. Mais là, on n’est pas sûrs d’être ouverts. Mais là, … »
A : Il faut peut-être insister, parce que là, avec les annonces (9) qui ont été faites par le gouvernement…
C : Ouais, qui envoyait à chaque fois…
A : Oui, je pense qu’il y a des choses qui vont se débloquer et puis, ils vont avoir aussi des aides si ils prennent des alternants. Donc peut-être qu’ils vont revoir un peu leur position (10). A mon avis, il y a des choses qui vont évoluer, là. Donc essayez d’insister.
C : Ouais, mais on a perdu quasiment (11) quatre mois de…
A : Bah oui, c’était long, hein ! Oui, trois mois… trois mois complets, oui. Et puis là, il y a le mois de juin, bon, ça aurait été bien de faire des stages et des choses comme ça. Donc…
C : Bah moi, les stages, j’ai… j’avais beaucoup cherché mais pareil (12), ils nous avaient dit : « Mais… » Enfin, moi je sais que tous ceux que j’ai appelés, ils m’ont dit : « Mais on sait même pas si on sera ouverts ! » Mais bon, comme je les avais appelés au tout début (13) du confinement et tout, bon, ils savaient pas trop (14). Et puis là, moi, je cherchais dans l’événementiel (15) et le marketing sauf que…
A : Bah oui, ils ont été très touchés.
C : Ils m’ont dit : « Bon là, c’est vraiment compromis (16)». Donc…
A : Oui, oui. C’est sûr.
C : Voilà.
A : Alors, donc comment vous avez terminé le semestre 2 ? Puisqu’il y a eu les cours, il y a eu les tests, de façon très différente quand même.
C : Ouais. Les cours, bon, ça a toujours bien marché (17), je trouve (18). On était à peu près bien concentrés, voilà. Les tests, c’était un peu plus compliqué parce que en fait, ce qui s’est passé, c’est que pour beaucoup de matières, d’habitude, on aurait eu (19) des tests de par exemple une heure et demie, deux heures.
A : Oui.
C : Et il y avait certaines matières où on avait des tests, genre (20) de vingt-cinq minutes, à la place de une heure peut-être. Et du coup, c’était vachement (21) plus dur parce que il fallait… il fallait réfléchir. Mais on n’avait pas le temps de vraiment chercher et tout (22). Donc du coup, ça, c’était un peu compliqué, parce que en fait, c’était pour pas qu’on triche, sauf que… Bon, ça, c’est sûr qu’on n’avait pas le temps de tricher, hein ! On n’avait même pas le temps de réfléchir ! Donc c’est sûr…
A : D’accord. Ça mettait une grosse pression.
C : Ouais. Sinon, dans l’ensemble (23), ça a été. Bon, c’est un peu spécial de faire à la maison quand même, parce que on se rend pas trop compte que c’est des partiels ou quoi (24).
A : Oui, oui, il y a pas le même… la même atmosphère.
C : Bon après (25), c’est moins stressant, c’est sûr, hein. Mais le fait d’être stressés, ça nous permet aussi d’être vraiment concentrés, de se focaliser sur ça, quoi. Là, à la maison, c’était un peu plus cool.
A : On sait pas très bien ce qu’on est en train de faire, finalement. C’est… Est-ce que c’est si important que ça, pas important ? Enfin, il y a pas la…
C : Oui. On est tenté d’aller voir sur internet, on est tenté de regarder un peu dans les cours. Bon, il y avait… Par exemple, en Communication, on avait droit (26) à avoir notre cours. Donc après, il y a certains professeurs qui ont dit : «  Bah on sait que vous allez chercher, donc on préfère vous autoriser et faire, à la limite (27), des tests un peu plus durs, mais vous autoriser, parce que sinon, on sait que vous allez tricher. Le but, c’est pas que tout le monde ait 18 (28), quoi. Donc là, ça a plutôt bien marché puisque dans la matière en question (29), on n’a pas tous eu des notes… enfin vraiment très, très bonnes. Je pense que c’était un peu le but.
A : Oui, il fallait que les étudiants se débrouillent quand même par eux-mêmes.
C : Oui. Oui.
A : C’est un peu spécial. Donc on espère vraiment que l’an prochain, on n’aura pas à faire ce genre de choses parce que…
C : Oh oui, j’espère, hein !
A : Ah oui !
(A suivre)

Des explications
1. en visio = en visioconférence. L’abréviation est devenue courante parce que ces visioconférences, avec le confinement, sont devenues le quotidien de beaucoup de gens.
2. Toujours : encore. ( Ici, toujours est employé pour exprimer l’idée que ça continue.)
3. beuguer : les Français ont adopté le terme anglais « bug » et ont francisé l’orthographe.
4. c’était galère : c’était compliqué (familier)
5. être tranquille : ne pas avoir de pression, ou d’obligations.
6. Un stage : en entreprise. Cela fait partie de la formation en DUT. Tous les étudiants doivent faire au minimum 10 semaines de stage, réparties sur les deux années. Dans notre département, les étudiants font d’habitude un stage de quatre semaines à la fin de la première année et un stage de huit semaines à la fin de la deuxième année.
7. l’année prochaine = l’an dernier. Les deux façons de dire sont aussi fréquentes l’une que l’autre et employées indifféremment. C’est la même chose pour parler du passé : l’an dernier / l’année dernière
8. chercher une alternance = chercher une entreprise qui accepte de prendre l’étudiant en alternance, c’est-à-dire le former dans l’entreprise, en même temps qu’il suit des cours.
9. Les annonces du gouvernement : les mesures que le gouvernement a annoncées.
10. revoir sa position : changer d’avis, de stratégie
11. quasiment = presque
12. pareil = c’est la même chose
13. au tout début de = vraiment au début de
14. ils ne savaient pas trop = ils ne savaient pas vraiment
15. l’événementiel : le secteur d’activité qui concerne l’organisation d’événements (culturels, etc.)
16. c’est compromis = la situation n’est pas favorable du tout et donc ça ne va pas se faire. Par exemple : Avec ce Covid-19, tous nos projets de voyage aux Etats-Unis sont compromis.
17. ça a bien marché = ça s’est bien passé
18. je trouve : c’est l’expression utilisée fréquemment pour donner son opinion personnelle, son avis sur quelque chose. C’est plus personnel que « je pense ».
19. On aurait eu : il s’agit du conditionnel passé du verbe avoir, pour parler de quelque chose qui ne s’est donc pas produit.
20. Genre = par exemple (familier)
21. vachement : vraiment / très (argot)
22. et tout : cette expression sous-entend qu’on pourrait donner plus de détails. (familier)
23. dans l’ensemble = globalement
24. ou quoi : familier. Cela ne signifie pas grand-chose en fait !
25. Après : ici = par ailleurs / sinon
26. avoir droit à : normalement, cette expression est suivie d’un nom. Quand il y a un verbe, on dit : avoir le droit de faire quelque chose. Donc ici, ce serait soit : On avait droit à notre cours, soit On avait le droit d’avoir / de consulter notre cours.
27. À la limite : c’est l’idée que puisqu’on a ces contraintes, on va faire quand même le partiel (= le test) mais en s’autorisant à le faire un peu différent malgré tout = si besoin, si nécessaire
28. avoir 18 = 18 sur 20. La notation en France se fait de 0 à 20.
29. la matière en question = cette matière-là, la matière dont on parle

Pour juste écouter :
Après le confinement avec Chloé – France Bienvenue

A la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s