Travailler autrement

Voilà presque un an que la vie telle que nous la connaissions a changé, au rythme des confinements, déconfinements, couvre-feux successifs. Et bien sûr, notre manière de travailler à tous a dû évoluer, très brutalement. Les mots télétravail, distanciel, présentiel font désormais partie de notre vocabulaire quotidien. Pour certains, tout cela est synonyme de souffrance et source d’innombrables problèmes. Pour d’autres, ce tournant était déjà dans l’air avant la crise sanitaire. Fabienne nous apporte aujourd’hui son éclairage sur cette situation inédite.

Transcription
M: Myriam / F: Fabienne

M : Bonjour à tous. Aujourd’hui, je suis avec ma maman, Fabienne, et nous allons parler du télétravail. Alors, première petite question : est-ce que tu peux nous expliquer pourquoi et comment vous en êtes venus à faire du télétravail ?
F : Alors moi, à mon niveau (1), au niveau de l’entreprise, le télétravail a été mis en place à titre expérimental (2) en septembre 2019. Donc en principe, c’était parti (3) pour une année d’expérience et à la fin de laquelle, après, soit c’était développé, soit c’était… ça restait en l’état (4). Et en fait, le télétravail, eh ben, a pris un développement et un essor (5) avec la crise du… de la Covid-19 (6), où, bah malgré nous (7), nous nous sommes tous retrouvés plus ou moins – enfin quand les fonctions le permettaient – en télétravail. Lire la suite

Bienvenue dans la cour des grands

Parfois, les changements ne sont pas faciles et il faut à certains d’entre nous un temps d’adaptation. Mais pour Nour, aucun problème ! Elle nous raconte son entrée en sixième, ce grand moment entre l’enfance et l’adolescence. Nouvelle organisation, nouvelles matières, nouvelles copines, tout lui plaît, (même avec un masque)!

Transcription
D : Dina / N : Nour

D : Alors cette année, tu as fait ton entrée (1) au collège.
N : Oui.
D : Qu’est-ce que tu en penses ?*
N : Alors il y a beaucoup de choses qui changent.
D : Comme quoi ?
N : Bah déjà, on a un prof (2) pour chaque matière, on doit se déplacer pour aller dans nos classes, d’autres classes, par exemple si on change de matière. Aussi, bah… c’est… c’est.. ça change beaucoup, enfin, on trouve des personnes qu’on connaît pas et tout ça.
Lire la suite

Et ça continue !

Plus personne à l'IUT !

Reconfinés! Plus personne à l’IUT !

Et voilà, la nouvelle équipe qui va s’occuper du site est en place, avec beaucoup de projets et de sujets à partager avec vous. Vous allez faire un peu plus leur connaissance dans les semaines à venir. Ils sont huit. Aujourd’hui, Myriam et Carla, démarrent cette nouvelle année de publications en revenant sur la crise sanitaire qui n’en finit pas de bouleverser nos vies, qui n’en finit pas tout court. Elles prennent plutôt bien les choses. Ce n’est pas tout à fait le cas pour Alice, une de leurs amies. Et en plus, depuis leur discussion, la France tout entière est à nouveau entrée en confinement…

Et ça continue – France Bienvenue

Transcription:
M: Myriam / A: Alice / C: Carla

M. Bon alors, les filles, vous en avez pensé quoi, du confinement en mars ?
A. Bah écoute, moi, je l’ai plutôt bien vécu (1). Bah c’est vrai que c’est facile dans une maison avec piscine (2). En plus, il faisait beau à l’époque (3)! Je me souviens que je révisais mes cours, parce qu’on avait quand même des cours, bah du coup, en distance (4), on avait des examens quand même en distance mais je révisais mes cours sur mon transat (5), quoi, en train de bronzer, donc je l’ai plutôt bien vécu. Lire la suite

Nouvelles contraintes (2)

Voici la fin de la conversation avec Valentine et Alexiane.
Emplois d’étudiant, occupations du weekend, sur fond de couvre-feu comme vous le savez. Et savez-vous que de nouvelles régions de France sont maintenant soumises elles aussi à ces restrictions ?
Pas drôle, tout ça. Alors pour le moment, nous allons malgré tout profiter un peu de notre semaine de vacances !

Nouvelles contraintes(2) – France Bienvenue

Transcription
V : Valentine / A : Alexiane / A : Anne

A : Et alors, vous travaillez le weekend, vous avez dit, Valentine.
V : Oui.
A : Donc c’est quoi ? Qu’est-ce que vous faites ?
V : Je vends des chaussures.
A : Ah, d’accord.
V : A Grand Littoral (1). Je travaille de 10 heures jusqu’à 19 heures.
Lire la suite

Nouvelles contraintes

Après les vacances d’été, tout le monde a repris le chemin du travail. Les cours ont recommencé à l’université. Mais hélas, après trois semaines presque « normales », il a fallu s’organiser pour réduire le nombre d’étudiants sur place afin de freiner la propagation du virus. Et depuis ce weekend, de nombreux Français, jeunes et moins jeunes, sont soumis à un couvre-feu. Alexiane et Valentine, qui viennent de commencer leurs études à l’IUT, nous expliquent tout ça aujourd’hui.

Nouvelles contraintes

Transcription
V : Valentine / Al : Alexiane / A : Anne

A : Bonjour, Valentine.
V : Bonjour madame.
A : Bonjour Alexiane.
Al : Bonjour.
A : Alors, vous êtes… Bah, présentez-vous ! Dites qui vous êtes, un petit peu, tout de suite, pour commencer.
V : Je m’appelle Valentine, je suis étudiante en GEA (1) en première année. Et j’ai dix-huit ans.
Al : Je m’appelle Alexiane. Je suis étudiante aussi en GEA en première année. Et j’ai dix-huit ans aussi. J’habite à Marseille.
Lire la suite

Après le confinement avec Chloé (2)

Voici la suite de la conversation avec Chloé : elle nous parle de la façon dont elle vit la liberté retrouvée avec le déconfinement. Nous attendions tous ce moment avec impatience. Mais dans le fond, ce n’est pas si simple que ça ! Ces quelques semaines confinées ont laissé des traces. Et comme le virus est toujours là, il n’est pas encore question de définitivement tourner la page.

Chloé Le déconfinement 2- France Bienvenue

Transcription
C : Chloé / A : Anne

A : Bon, et alors, justement, côté (1) déconfinement, comment… comment vous vivez la chose ? Vous êtes contente ?
: Bah quand c’était le confinement, assez dur, parce que en fait, on a pris l’habitude de rester renfermé, l’habitude de rester à la maison et tout. Moi quand j’ai dû ressortir, ça m’a fait très bizarre. J’avais l’impression que dès que j’allais dans un endroit, j’avais pas le droit en fait. Je partais, je faisais encore les attestations (2), enfin…
A : Oui, c’est ça.
Lire la suite