On reste à la maison – Jean-Michel

La vue de chez Jean-Michel à Marseille

Aujourd’hui, nous sommes en compagnie de Jean-Michel qui nous raconte comment il s’est adadpté au confinement. Il fait preuve de patience et s’est organisé, notamment pour garder la forme. Mais il a hâte de reprendre certaines activités de plein air, et pas seulement parce que la nature lui manque. Il nous explique tout ça.

On reste à la maison – Jean-Michel

Transcription
Jean-Michel : JM / A : Anne

A : Bonjour Jean-Michel.
JM : Bonjour madame.
A : Ça  va ?
JM : Ça va , et vous ? Comment allez-vous ?
A : Oui, oui, ça va très bien, aussi bien que possible, avec, bon, les cours à assurer (1), et tout ça. Comment vous le vivez, vous, les cours, là, par internet ? Ça vous convient ou pas ?
JM : Ça va, ça va. C’est plutôt simple. Il y a moins de temps de transport.
A : Ah oui, ça, c’est sûr. Oui, vous habitez loin ?
JM : Non, pas très loin, pas très loin, mais le problème, c’est de prendre le métro, le bus. C’est fatigant. Mais là, ça va mieux. Après…
A : Bah oui ! Plus de fatigue du tout ! Mais bon, ça veut dire aussi qu’on sort pas.
JM : C’est vrai. Et du coup, je vois moins mes amis.
A : Vous les voyiez beaucoup, avant, vos amis ? Comment vous faisiez ? C’était quoi ? Le weekend ?
JM : Ah, un peu comme on pouvait, parce que vu que maintenant, on est à la fac (2) – on n’est plus au lycée – on n’a plus les mêmes horaires. Les horaires, ils changent chaque semaine. Du coup, dès qu’on peut se voir, on se voit, on fait du basket, on va sortir. Il y a plein de choses à faire… Dans Marseille, il y a beaucoup de choses à faire, donc…
A : Vous êtes marseillais ? Vous habitez Marseille ?
JM : Non, en fait, je suis né à Reims (3). Et du coup après, quand j’avais quatre ans, je suis arrivé sur Marseille (4) et du coup, on habite là avec ma famille, depuis… depuis mes quatre ans.
A : Donc en fait, vous êtes presque marseillais parce que quand même, vous êtes arrivé, vous étiez enfant. Donc vous avez fait l’essentiel de votre vie à Marseille, en fait.
JM : C’est vrai, oui. J’ai pas trop la culture du nord, donc ça va.
A : Oui, oui. Bon, vous n’avez pas trop l’accent marseillais non plus.
JM : Non plus.
A : Et donc oui, vous me parliez de basket. Vous êtes sportif ? (5)
JM : Un peu. Après, dire que je suis sportif, j’irais pas jusque-là. Mais ça va, ça va.
A : Mais le sport…
JM : A l’université, je fais du basket. Mais après, je fais pas que ça. Je fais aussi de la randonnée le weekend. Et j’essaye toujours de m’entretenir (6) en faisant de la course à pied ou même de la musculation.
A : Ah oui, bah quand même, ça veut dire qu’il y pas mal de sport (7) dans votre semaine !
JM : J’essaye… J’essaye au moins de faire deux à trois séances de sport par semaine.
A : Ah, c’est bien ! Et alors…
JM : Parce que sinon…
A : Et alors là, maintenant ?
JM : Le problème, c’est que j’évite (8) de sortir, quand même. Donc j’évite la course à pied. Mais c’est vrai que j’essaye de faire un peu de… d’entraînement au niveau des muscles, etc., pour pas quand même prendre trop de poids.
A : Eh oui ! On va tous sortir avec des kilos en trop !
JM : C’est ça !
A : Vous vous entraînez, ça veut dire quoi ? A la maison ? Vous avez de quoi vous entraîner ?
JM : Oui, j’ai pas mal de trucs (9). J’ai une corde à sauter, j’ai des haltères (10), j’ai des équipements, je sais même pas leur nom, pour être honnête ! Ça… ça m’aide bien. Après (11), je regarde des vidéos sur internet pour voir les différents types d’entraînement que je peux faire, augmenter mon cardio.
A : Ah ouais ! Ça, c’est génial (12), hein, avec internet, on trouve plein de… enfin, on a des entraînements tout faits (13), quoi, finalement. Donc…
JM : Oui. Ça va.
A : Ouais, ça, c’est vrai que c’est bien, hein ! Super ! Donc vous essayez de faire ça tous les jours ou avec le boulot de l’IUT, c’est pas possible ?
JM : Oh non, avec… Même avec l’IUT, c’est possible. Après, c’est plutôt la motivation. Il y a des jours, on est un peu plus fatigué. Et puis même, s’entraîner tous les jours, c’est pas nécessairement bon pour les muscles. Mais là, ça va.
A : Donc en fait, vous avez dit aussi que vous faisiez de la randonnée. Ça doit vous manquer, non, un peu, la nature, là, les grands espaces (14) et tout ça.
JM : Ah oui, beaucoup. Parce que j’aimais bien. En plus, en fait, la randonnée, soit je le fais avec mon frère, donc ça me permet de passer du temps un peu avec ma famille. Soit je le fais avec l’IUT, et c’est vrai qu’à l’IUT, on découvre beaucoup de nouvelles personnes en faisant de la randonnée. J’ai rencontré des gens qui viennent même… qui sont même pas français. Ils viennent du Pérou. Il y en a, ils viennent d’Algérie. J’ai rencontré des Roumains. Donc franchement, c’est intéressant. En plus, il y a tous les profils, il y a des personnes de quarante ans, d’autres, vingt. Après, c’est surtout des jeunes mais il y a beaucoup de parcours (15) différents. C’est intéressant de… d’apprendre à connaître des gens nouveaux.
A : Oui, oui, oui. C’est bien ça ! Et donc bah là, effectivement, tout s’est arrêté, donc ça, c’est… ça doit être un gros manque, quand même.
JM : C’est vrai. Après, on comprend quand même que c’est important d’être confiné et moi et ma famille, on essaie de sortir le moins possible. On sort vraiment pour l’essentiel.
A : Oui. Vous dites votre famille. Vous avez donc… Vous m’avez dit vous avez un frère ? Il est chez vous aussi, là ? Oui ?
JM : Oui, c’est ça. En fait, j’ai mon frère, il travaille chez Electro Dépôt, et du coup, là, il peut pas parce que en fait, il est vendeur. Vu qu’il y a un contact avec les clients, il peut plus vraiment faire ça.
A : Ah oui ! Il le vit comment, lui ? Ça doit être un peu dur aussi, non, pour lui ?
JM : Il a beaucoup plus de mal que moi. Il a un peu du mal, avec le fait de rester enfermé. Il a beaucoup l’habitude de… lui aussi, des grands espaces, de sortir. Et du coup, là, ça le… ça le change un peu, quoi.
A : Bah oui. Bon, on espère que tout ça, ça va se terminer prochainement.
JM : Oui, bien sûr.
A : Bah je vous remercie, Jean-Michel, pour tous ces…
JM : Bah de rien.
A : … pour ce petit témoignage sur votre confinement, hein, et puis celui de votre famille. Et je vous dis à bientôt, alors, en cours, sur internet.
JM : Pas de souci.
A : Voilà. Merci beaucoup.
JM : De rien.

Des explications :
1. assurer des cours : faire cours
2. la fac : l’université (familier)
3. Reims : cette ville est dans le nord de la France (région réputée pour ses vignobles pour le champagne.)
4. sur Marseille : à Marseille
5. être sportif : faire du sport régulièrement, en s’entraînant souvent
6. s’entretenir : faire des activités physiques pour rester en forme, en bonne santé.
7. pas mal de sport = quand même beaucoup de sport
8. éviter de faire quelque chose : faire le moins possible quelque chose (parce qu’on l’a décidé)
9. des trucs : des choses (familier)
10. des haltères : des poids qu’on soulève pour se muscler
11. après : et aussi
12. génial : super
13. tout fait : préparé, prêt à être utilisé
14. les grands espaces : la nature sauvage, à la montagne par exemple
15. le parcours de quelqu’un : sa vie, sa carrière, tout ce qu’il a fait qui l’amène là où il en est aujourd’hui

Vivement qu’on y retourne !

A bientôt !

6 réflexions sur “On reste à la maison – Jean-Michel

  1. Jordan M dit :

    Merci Anne, Jean-Michel et l’équipe de France Bienvenue pour cet enregistrement, la transcription et les explications. C’était très utile, comme toujours !

    C’est une belle photo à la fin de la transcription – c’est où dans le Var ? Ça me donne envie de faire de la randonnée en Provence.

    Jordan

    J'aime

    • Anne (de France Bienvenue) dit :

      Merci Jordan ! On est bien content quand on voit que cela vous aide, vous et les autres !
      En fait, je viens de rectifier : je n’ai pas pris cette photo dans le Var mais dans les Bouches-du-Rhône, un peu plus près de Marseille donc ! J’ai confondu deux randos faites à ce moment-là. (Il faudrait vraiment classer ses photos et faire des petits albums au fur et à mesure. Si le confinement continue, ça pourrait être une bonne occupation !)
      Donc c’est au Mont Olympe, du côté de Trets et c’est un très bel endroit. La Provence est effectivement magnifique pour qui aime marcher ou faire du vélo!
      A bientôt
      Anne

      J'aime

      • Jordan M dit :

        Merci beaucoup Anne. C’est quand même très proche du Var, donc c’était une toute petite erreur ! Comme la plupart de la Provence, c’est très beau et différent de partout ailleurs en France au niveau du paysage.

        C’est vrai que la Provence est aussi magnifique pour faire du vélo – j’en ai fait là-bas il y a deux ans, mais j’aimerais beaucoup y retourner bientôt.

        Merci encore.
        Jordan

        J'aime

  2. Joseiguel dit :

    Anne et Jean-Michael, je vous remercie pour cette transcription que va sans doute nous aider a ameliorer l’oral. Anne vous faites un travail magnifique comme toujours.Merci a nouveau.Jose.

    J'aime

    • Anne (de France Bienvenue) dit :

      Un grand merci José!
      Ce travail est possible grâce aux étudiants du projet aussi bien sûr car ils m’ont redonné envie de continuer ce site.
      Et c’est très agréable aussi de discuter avec mes étudiants de 1ère année qui ont accepté de témoigner. C’est une autre façon de les connaître.
      A bientôt
      Anne

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s