Nouvelles contraintes

Après les vacances d’été, tout le monde a repris le chemin du travail. Les cours ont recommencé à l’université. Mais hélas, après trois semaines presque « normales », il a fallu s’organiser pour réduire le nombre d’étudiants sur place afin de freiner la propagation du virus. Et depuis ce weekend, de nombreux Français, jeunes et moins jeunes, sont soumis à un couvre-feu. Alexiane et Valentine, qui viennent de commencer leurs études à l’IUT, nous expliquent tout ça aujourd’hui.

Nouvelles contraintes

Transcription
V : Valentine / Al : Alexiane / A : Anne

A : Bonjour, Valentine.
V : Bonjour madame.
A : Bonjour Alexiane.
Al : Bonjour.
A : Alors, vous êtes… Bah, présentez-vous ! Dites qui vous êtes, un petit peu, tout de suite, pour commencer.
V : Je m’appelle Valentine, je suis étudiante en GEA (1) en première année. Et j’ai dix-huit ans.
Al : Je m’appelle Alexiane. Je suis étudiante aussi en GEA en première année. Et j’ai dix-huit ans aussi. J’habite à Marseille.
Lire la suite

Après le confinement avec Chloé (2)

Voici la suite de la conversation avec Chloé : elle nous parle de la façon dont elle vit la liberté retrouvée avec le déconfinement. Nous attendions tous ce moment avec impatience. Mais dans le fond, ce n’est pas si simple que ça ! Ces quelques semaines confinées ont laissé des traces. Et comme le virus est toujours là, il n’est pas encore question de définitivement tourner la page.

Chloé Le déconfinement 2- France Bienvenue

Transcription
C : Chloé / A : Anne

A : Bon, et alors, justement, côté (1) déconfinement, comment… comment vous vivez la chose ? Vous êtes contente ?
: Bah quand c’était le confinement, assez dur, parce que en fait, on a pris l’habitude de rester renfermé, l’habitude de rester à la maison et tout. Moi quand j’ai dû ressortir, ça m’a fait très bizarre. J’avais l’impression que dès que j’allais dans un endroit, j’avais pas le droit en fait. Je partais, je faisais encore les attestations (2), enfin…
A : Oui, c’est ça.
Lire la suite

Une semaine avant le confinement

Vous le savez, la France est en pleine épidémie de Covid-19. Comme beaucoup de pays, nous avons d’abord suivi d’un peu loin ce qui se passait en Chine. Les inquiétudes sont montées d’un cran quand l’Italie a commencé être très durement touchée. Puis les cas se sont multipliés dans l’est de la France et là, on a commencé à se demander ce qui allait se passer, d’autant plus que l’Espagne aussi entrait dans cette crise sanitaire.
Cette conversation est donc déjà dépassée puisque nous sommes maintenant tous confinés depuis le mardi 17 mars, pour une durée indéterminée. Nous l’avons enregistrée une semaine avant le confinement et Meriem évoquait déjà les difficultés et les inquiétudes dues à cette épidémie.

Transcription:
M: Meriem / A: Anne

A : Bonjour Meriem !
M : Bonjour !
A : Vous allez bien ?
M : Oui, ça va.
A : Bon, et vous savez, avec cette épidémie de Coronavirus, là, dont on nous parle beaucoup, beaucoup, et puis qui a l’air assez présente, j’ai pensé à votre sœur.
M : Ah oui.
Lire la suite