On reste à la maison – Meriem

La vue chez Meriem à Marseille

Pas trop difficile, votre période de confinement ? Malgré cette situation, nous restons actifs pour vous qui aimez le français. Aujourd’hui, c’est Meriem qui nous donne son point de vue sur cette crise sanitaire inédite : son rythme de vie personnel, dont elle nous avait parlé juste avant le confinement, l’aide à traverser tous ces changements.
Séparés les uns des autres depuis maintenant un mois, mais ensemble malgré tout pour attaquer une nouvelle semaine.

Transcription:
Bonjour ! Vous êtes bien sur le site de France Bienvenue. N’hésitez pas à vous abonner. Nous sommes en projet.

Donc, aujourd’hui, on va parler du confinement, de ce qui passe avec le coronavirus. Donc pour moi, le confinement, c’est un peu inédit (1) et un peu compliqué, parce que moi, j’ai un boulot à côté (2), donc je fais de la caisse (3). Avec les cours en visioconférence, c’est un peu… un peu dur, mais j’ai pas le même rythme de vie que mes camarades de classe. C’est-à-dire que bah moi, j’ai un quotidien (4), je sors, je me lève le matin, je vais travailler et le soir, je re-rentre (5) . Et ensuite, j’adapte mon emploi du temps en fonction de mon… de mes horaires de cours, c’est-à-dire que si à telle heure, j’ai un cours de 10 heures à midi, je peux pas aller travailler. Du coup, je préviens ma patronne. (6)
Lire la suite

On reste à la maison – Fred

Le confinement ne se vit pas de la même façon selon l’endroit où on habite et l’activité professionnelle qu’on a. La vue de chez Fred vous permet peut-être déjà de deviner ce qu’il fait dans la vie. Et puis Fred, vous le connaissez déjà !
Une chose est sûre, c’est qu’il met le nez dehors tous les jours, tout en restant à la maison. Et finalement, cet isolement imposé à tous les Français l’a amené à jouer un rôle important dans son village. C’est ce qu’il nous raconte aujourd’hui.
Séparés les uns des autres mais tous ensemble malgré tout.

On reste à la maison avec Fred – France Bienvenue

Transcription
F : Fred / A : Anne

A : Bonjour Fred.
F : Bonjour Anne.
A : Ça va ?
F : Eh oui, on résiste !
A : Bon. Bon, toi, tu habites quand même dans un endroit assez tranquille, donc est-ce qu’il y a une grosse différence ?
F : Oui, c’est très tranquille, Rochefort !
Lire la suite

On reste à la maison – Chloé

C’est Chloé qui ouvre le bal: elle est la première à témoigner ici, comme annoncé précédemment, sur sa façon de s’adapter à cette période exceptionnelle que nous vivons tous. (Le son n’est pas idéal pour cette première conversation au téléphone, en attendant de faire mieux par la suite.)

Chloé est étudiante en 1ère année à l’IUT. Elle habite dans le quartier de Bonneveine à Marseille. Est-ce que vous voyez la mer au loin sur la photo qu’elle partage avec nous ? C’est la vue de sa chambre, dans l’appartement où elle vit avec sa mère et sa soeur. Elle est à dix minutes de la mer mais en ce moment, bien sûr, elle se contente de la regarder de loin. Merci Chloé pour ce moment d’échange!
Séparés les uns des autres mais tous ensemble malgré tout.

On reste à la maison, avec Chloé – France Bienvenue

Transcription:
C : Chloé / A : Anne

A : Bonjour Chloé.
C : Bonjour.
A : Comment ça va ?
C : Ça va, ça va.
A : Bon, bah parce que ça fait un petit moment qu’on s’est pas vu quand même maintenant, puisque ça fait deux semaines que l’IUT est fermé. Mais bon, on a communiqué quand même par… par internet puisque vous suivez les cours, hein, de notre département (1).
C : Oui, sur un site internet.
A : Voilà. Alors comment ça se passe pour vous (2) ? Par rapport à…
Lire la suite

Stages : tout le monde cherche !

Aujourd’hui, Meriem nous emmène au forum des stages de l’IUT, ce salon de recrutement organisé chaque année pour les étudiants, par une équipe d’étudiants. Tous doivent trouver une entreprise qui les prenne en stage à la fin de leur deuxième année à l’IUT : pas de stage, pas de diplôme ! Cette journée est donc une occasion importante pour eux de rencontrer des employeurs potentiels. Mais c’est aussi l’occasion pour ces professionnels de trouver directement les stagiaires qu’il leur faut. Meriem est allée poser des questions à trois d’entre eux. (Elle avait tout son temps car elle a déjà trouvé son stage !)

Transcription :
Meriem / M. Martinez / V. Bassin / S. Cogniard

M : Bonjour ! Donc aujourd’hui, bah, on est au forum des stages. Donc bah, on est en compagnie d’un professionnel (1). Vous pouvez vous présenter, s’il vous plaît ?
MM : Donc je suis Mickaël Martinez, donc Directeur de Gestion pour Foncia-Marseille à la Capelette.(2)
M : Et qu’avez-vous pensé des étudiants de… du DUT GEA, pendant les entretiens que vous avez eus?
MM : Alors, ça a été intéressant, enfin… les entretiens ont bien été préparés. Ils avaient… enfin, ils étaient motivés. Ça nous a permis de sélectionner quelques stagiaires pour l’été et la grosse période (3) qui nous attend.
Lire la suite

Une chef d’entreprise heureuse

Vous souvenez-vous de Loriane qui a créé son entreprise ? Alexane est retournée la voir pour savoir où elle en est aujourd’hui. Elles ont parlé des avantages et des risques que comporte son choix de l’indépendance. Une chose est sûre, Loriane est totalement épanouie dans la voie qu’elle a décidé de suivre.

Transcription:
Loriane : L / Alexane : A

A : Salut Loriane ! (1)
L : Salut Alex !
A : Ça va ?
L : Oui, et toi ?
A : Ça va. Dans le premier enregistrement, je t’avais posé des questions un peu plus basiques. Est-ce qu’on peut rentrer dans le détail aujourd’hui ?
L : Oui, si tu veux.
Lire la suite

A l’hôtel, mais pas vraiment en vacances! (2)

Suite et fin de la conversation avec Meriem sur son expérience enrichissante dans l’hôtellerie. Elle est devenue une pro du travail en intérim dans ce secteur! Elle nous parle nouvelles technologies et tâches bien traditionnelles. Bon courage pour tout ça, Meriem !

Transcription :
M: Meriem / A: Anne

A : Vous avez travaillé combien de temps ?
M : J’ai travaillé pendant tout le mois d’août… enfin, j’ai travaillé pendant…
A : Tous les jours ? 
M : Non, pas tous les jours, parce que en fait, ça dépendait. Ils nous envoyaient des missions la veille pour le lendemain. Ils nous disaient : « Etes-vous disponible tant (1) ? ». Quand je finissais ma mission, je savais pas si j’allais travailler le lendemain ou pas. 
A : Oui, oui.
Lire la suite